Laurence

Laurence

Laurence

Date de publication du témoignage :

RDV avec Laurence (Chambéry). Elle a décidé de mettre des mots sur l’expérience du cancer (Schmurtz) et a raconté L’odyssée d’une Penelope.

J’ai appelé Schmurtz le cancer que j’ai croisé.

Si je voulais être provocante, je dirais : « Merci Schmurtz ».

Celles et ceux qui ont dépassé le stade de la colère me comprendront.

Car si je suis passée par le déni et la rage, si j’ai crié à l’injustice et lancé des «pourquoi» à l’Univers, en pleurant recroquevillée dans ma salle de bain, je n’ai jamais cru que j’étais maudite, punie ou que la vie me jouait un sale tour.

Au contraire.

Je me suis dit, après les cris et les larmes, que Schmurtz venait m’alerter, me dire quelque chose d’essentiel, de vital, au sens premier du mot.

Car s’il n’avait pas tiré cette sonnette d’alarme pour me dire que je faisais des choix qu’une partie de moi n’avait pas envie de suivre, que j’entretenais des relations dans la douleur, sans me respecter, par peur de n’être pas aimée, approuvée, soutenue ; et du coup, que je passais à côté de mes désirs profonds, de ce que j’avais besoin d’exprimer sans oser le faire, alors… je n’aurais peut-être pas pris conscience de cette distorsion et j’y aurais laissé ma peau.

Alors, oui, il y a eu un avant et après Schmurtz et ce qui distingue les deux, c’est la conscience qui a grimpé une marche.

Est-ce qu’après c’est plus confortable ? Pas toujours.

Car là où j’avançais en mode automatique, sans me poser de question, juste parce qu’il faut « gagner sa vie » (quelle expression absurde quand j’y pense, je n’ai pas besoin de la gagner puisque je vis, en revanche, ce que j’en fais, ça, c’est toute la question !), je peux décider désormais de continuer comme avant ou d’agir autrement.

Ce pouvoir de décision n’est pas si facile à admettre car ça me rend plus responsable de ce qui m’arrive. Or parfois, j’avoue, c’est tellement plus léger de penser que c’est à cause de la météo, de mon voisin, de ma mère…

Entrer en soin a été comme visiter Mars, la découverte d’un univers, celui des hôpitaux, avec un peuple vêtu de blanc, marchant en crocs, des murs aseptisés, des décors qui n’en sont pas. Combien de fois me suis-je dit que cette forme d’anonymat, d’uniformité, de lissage ne m’aidait pas à aller mieux ! Alors j’ai pris le parti de vivre cette traversée de cancer comme une aventure : observer les faits, les lieux, les personnages, décoder leur langage, observer comment je me crispais sur une attitude, un mot.

Cette rencontre du troisième type a confirmé que je ne souhaitais pas m’attarder dans ce monde. Je réalise que ma vie ne se limite pas à être en « bonne santé » mais que je me suis trop souvent « foutu de la gueule » de mon corps, ce vaisseau spatial si magnifique. Je lui ai demandé de suivre mes décisions. Or, la seule manière qu’il avait de dire qu’il n’était pas d’accord, c’était de mettre un grain de sable dans les rouages.

Les traitements ont été confrontants. J’ai bizarrement plus tremblé devant la radiothérapie que devant la chimio. Les appels au calme des soignants ne changent rien à mon agitation intérieure. Un classique de conseiller à quelqu’un qui a peur : «N’aie pas peur !», comme si ça suffisait à anéantir la tempête qui gronde.

Ces réflexions, je les ai écrites pour évacuer mon stress. J’ai même réussi à en rire. Cela a d’abord pris la forme de vidéos sur YouTube : inimaginable avant Schmurtz (voir ça pince sans rire). Puis, parce que j’ai vécu 30 ans de presse écrite, j’ai voulu un livre illustré pour donner cette approche immédiate, gagner en légèreté dans ces périodes de drama. Ces réflexions sont à mes yeux ce qui nous relient dans notre humanité. 

Peu importe la tuile, qu’elle s’appelle cancer ou tout autrement, une épreuve nous incite à chercher des ressources que nous ne soupçonnions pas. Et à réaliser à quel point nous sommes bien plus grands et forts que nous le croyions.

Ce voyage est raconté dans L’Odyssée d’une Pénélope qu’a illustré PrincessH avec un talent fou. Je suis heureuse de le partager car il reprend modestement les paroles des sages : « Connais-toi toi-même », « Ose savoir » … Il invite à trouver la wonderwoman qui sommeille en soi.

https://www.facebook.com/capince.sansrire

https://lisenomdeplume.systeme.io/lodysseedunepenelope

https://www.instagram.com/lodyssee_dune_penelope/

Mary

Mary

Mary

Date de publication du témoignage :

RDV avec Mary (Luxembourg). Atteinte d’un cancer rare en pleine pandémie, elle a écrit un livre et est très active pour parler du cancer et des causes qui la touchent.

Mère célibataire de 4 enfants, j’ai reçu mon diagnostic d’un cancer rare et agressif en pleine pandémie il y a deux ans. Mon bébé avait 14 mois à ce moment-là.
J’ai subi de nombreuses heures d’opérations, des chimios et séances de radiothérapie horribles. Mon corps a pris beaucoup de coups mais aujourd’hui je suis très reconnaissante d’être encore en vie et avoir le « droit » de voir mes enfants grandir.
Je n’arrive pas à croire que tout ça est arrivé et que j’ai failli mourir. Après une longue opération, on m’a dit que le cancer était plus diffus qu’on ne l’avait vu dans les images au départ. C’est là où j’ai eu un déclic, cette peur absolue de la mort et bien évidemment la question que tout patient se pose : POURQUOI MOI ???
J’ai commencé à écrire un document pour mes enfants, au cas où je ne survivrais pas. Je voulais leur laisser ma vérité, étant donné que j’ai eu un vécu assez lourd avant le cancer.
Je n’ai pas pu m’arrêter d’écrire pendant la chimio et j’ai fini par écrire un livre qui a été publié en trois langues.
Depuis, je suis très active en public sur beaucoup de sujets tabous, notamment l’abus sexuel des enfants. Ayant moi-même été victime, être face à ma mort, m’a vraiment donné ce « nonfoutisme » sain d’en parler à voix haute… Je me suis libérée, peut être que je ne voulais pas mourir sans avoir eu cette occasion d’en parler.
Les retours que j’ai reçus depuis la publication du livre et mes apparitions publiques ont été merveilleux. J’ai donné à beaucoup de gens le courage, l’espoir et avant tout je suis tellement reconnaissante de cette renaissance.
Aujourd’hui, je m’aime enfin. Je réalise qui sont les personnes qui sont dans ma vie pour les bonnes raisons et lesquelles ne le sont pas. Mes antennes marchent mieux. Pour tous les patients, je vous souhaite beaucoup de courage. Des jours meilleurs vous attendent après cette tempête.

www.maryfaltz.com
https://www.facebook.com/Dr-Mary-Faltz-103352495019367/
https://www.instagram.com/dr_mary_faltz/?hl=en

Irina

Irina

Irina

Date de publication du témoignage :

RDV avec Irina (Bordeaux). En traitement pour un cancer de la thyroïde, elle apprend à prendre le temps et à se retrouver.

Cela fait un peu plus que six mois que je vis avec le cancer papillaire de la thyroïde. En réalité j’étais suivie pour une tumeur bénigne depuis deux ans déjà. Mais elle a changé ses plans…
Le jour de l’annonce des résultats de ma biopsie était un des plus compliqués de ma vie. J’ai crié. J’ai eu peur. J’étais dans tous mes états. Mais grâce à mes enfants, j’ai pu tenir. La peur est passée. On apprend à vivre avec.
Je considère avoir eu de la chance d’apprendre ma maladie tôt. Je suis de tout mon cœur avec ceux qui se battent contre les stades plus avancés, de tous types de cancers.
La solitude… Je me suis sentie très seule parfois car ma famille proche est en Russie. C’est le point le plus dur dans mon parcours.
J’ai quelques amis chers à mon cœur ici à Bordeaux, et mes enfants. De toutes façons, quand tu n’as pas de choix, tu tiens bon. J’ai lu, j’ai écrit, j’ai créé mon blog où j’ai pu rencontrer les femmes comme moi (car ce type de cancer nous touche plus les filles que les garçons). On continue d’échanger et cela nous motive mutuellement, vraiment.
Je dois suivre un traitement jusqu’en juillet, après avoir vécu deux opérations. J’ai changé ma vision sur la vie, l’amour, le stress et le temps. Surtout le temps… Je le prends avec une grande soif de vie. Je reprends le sport, beaucoup de sport, le yoga. J’ai l’Impression de ne plus être étouffée. Le papillon s’est envolé !
J’apprends la méditation: je voudrais me retrouver (mon âme, mon calme) car depuis plusieurs années je me bats seule pour réussir, ouvrir mon magasin, m’occuper de mes deux enfants, liquider mon commerce, retrouver un CDI, etc…
Je reste motivée pour ma petite famille et la vie…
Aujourd’hui… je prends le plaisir d’écouter les vagues de l’océan et marcher sur la plage. Et juste vivre. Et c’est déjà beaucoup !

https://www.instagram.com/thyroid_diary_/

Agnès

Agnès

Agnès

Date de publication du témoignage :

RDV avec Agnès (Bagnères de Bigorre – Toulouse). Elle a complétement revu son mode de fonctionnement depuis la maladie, en privilégiant la vie au jour au jour, et se lancer dans de multiples projets !

Un mois avant l’opération de décembre 2019 et après, je me suis prise en mains seule, ne pouvant compter que sur moi, mon mari étant « ailleurs » le plus souvent. Même quand il venait me voir à l’hôpital, il passait son temps sur le téléphone. Dur à vivre. Alors, j’ai décidé de changer. J’ai marché en solitaire, beaucoup, fait du ski seule, même si le médecin me l’avait déconseillé, et j’ai travaillé sur mon mental, c’est mon métier, pour que la bête disparaisse totalement. J’ai fui les personnes qui m’étaient toxiques, dans la mesure du possible et je me suis plus occupée de moi, vécu selon mes désirs et construis mes rêves. Pour le moment, je vis dans un mobil home face au Pic du Midi et c’est vivifiant.
Durant la radiothérapie, j’ai dû arrêter mon travail et ensuite j’ai continué à vivre en colocation avec mon futur ex-mari qui dépensait sans compter pour l’autre et moi qui serrais la vis. Dur à vivre ! Ma dernière séance fut la veille du confinement, pas de chimio me confirme le médecin, ouf. Une chance d’avoir été prise à temps, merci le dépistage ! Je le crie haut et fort autour de moi de faire ses mammographies régulièrement. Et merci mes exercices mentaux que j’ai continués, ainsi que le ski, la marche en montagne et la voile que je pratique quand je veux maintenant. Anticiper, accepter, s’adapter et se faire plaisir, voilà ce que j’applique en tout et qu’il faut appliquer pour rester serein.e. Je vis au jour le jour sans me poser trop de questions. Vivre ses passions et construire ses rêves est la meilleure des thérapies.
Faisant de la voile depuis plus de 30 ans, j’en rêvais depuis des années et je l’ai fait en novembre dernier : traverser l’Atlantique en voilier. Une belle réflexion sur ma vie et mon chemin durant cette période off. Aujourd’hui, je me forme à l’écriture pour partager mon savoir sur les comportements humains, via un roman, pour aider les personnes à être mieux, quelles que soient les difficultés rencontrées. Je construis également un grand projet pour démontrer que, quel que soit l’âge, qu’on soit une femme, qu’on ait eu un cancer, qu’on soit chef d’entreprise, on peut y arriver et avancer. Je veux donner de l’espoir et du courage pour celles et ceux qui traversent des moments difficiles.

https://www.instagram.com/agnesfaury31/
https://www.youtube.com/c…/UCI38X2xtwivKlIZaNnJomsw/featured
https://www.linkedin.com/in/agnesfaury/

Tatiana

Tatiana

Tatiana

Date de publication du témoignage :

RDV avec Tatiana (Tunis / Paris). Marathonienne depuis quelques mois, elle s’est fixée de nouveaux objectifs pour devenir « la meilleure version d’elle-même ».

À l’annonce, pendant et après la maladie, le NOUS est essentiel c’est une équipe, une famille qui rentre sur le ring ! Nous avons radicalement changé notre vie. Nous avons changé notre régime alimentaire ; nous avons professionnalisé nos séances de sport en nous fixant des challenges.
Et nous nous sommes recentrés sur l’essentiel : nous, notre famille, notre couple, notre bien-être, notre bulle de bonheur et le sport qui occupe une bonne partie de notre vie.
J’ai eu la chance d’avoir un employeur, un patron, qui m’a soutenue, ce qui m’a permis de me consacrer à 100% à ma guérison et à ma famille.
J’ai appris à prendre du recul et de la hauteur ! Ayant un quotient émotionnel élevé, je suis extrêmement sensible et j’ai dû apprendre à composer avec mes émotions en les accueillant, mais en leur donnant la place qu’elles méritent, ni trop peu, ni exagérément, afin de me protéger… Mes différentes lectures m’y ont beaucoup aidée, l’écriture a été également un exutoire que je conseille vivement et enfin la pratique d’une activité sportive est essentielle.
Il faut profiter pleinement de l’instant présent, sans nous rappeler le passé et sans nous soucier du futur, ce n’est pas toujours simple, mais c’est un merveilleux moyen d’être en accord avec soi, avec le temps et les autres.
Je ne garde en tête que les succès, car après l’échec vient forcément le succès pour qui sait rebondir, donc même si le protocole n’est pas simple, il est là pour nous accompagner sur le chemin de la guérison. La perte de cheveux a été compliquée mais elle aura eu le mérite de m’apprendre à m’apprécier, à m’accepter sans artifice, et c’est un merveilleux cadeau que la vie m’a fait !
Je n’ai jamais cessé de croire en la vie, et j’ai continué à pratiquer de façon régulière du sport, spécifiquement la course à pied, en intégrant aussi une routine de renforcement, et je peux vous dire que cela a été l’un des meilleurs médicaments qu’il soit.
Le chemin parcouru est à la fois immense, et pourtant il me reste tant à faire !
Je me suis fait la promesse de me développer personnellement, car je mérite un chemin de vie lumineux, malgré les embûches, et je souhaite aussi élever mes enfants à avoir foi en la vie, et à ce qu’ils se battent pour leurs rêves !
Personnellement, je me suis fixé des objectifs que j’ai notés sur une feuille et agrémenté de couleurs de formes diverses et variées, puis que j’ai affiché dans mon bureau, afin de me rappeler régulièrement les engagements que j’ai pris avec moi-même.
D’ailleurs je suis fière d’avoir réalisé ce premier objectif avec ma moitié, mon autre, ma vie, mon mari, puisque nous sommes devenus Marathoniens en novembre 2021, avec un arrêt du protocole en avril 2021 et le démarrage de notre plan d’entraînement en juillet 2021, donc autant vous dire que nous n’avons pas chômé !
D’autres objectifs m’attendent ,et je travaille sur deux d’entre eux, ce qui me donne l’envie et la volonté de me dépasser, pour devenir une meilleure version de moi.


https://www.instagram.com/invites/contact/…
https://www.facebook.com/Tatinouchka​