C l’actualité

C les derniers posts Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

01/12/20

🔶 RDV avec Anaïs (Paris). Touchée très jeune par un cancer, elle a retrouvé un haut niveau sportif et se prépare pour les sélections en équipe de France sur 100km!

✍🏻 On m'a diagnostiqué un cancer du sein à l'âge de 24 ans, triple négatif avec métastases ganglionnaires. J'ai eu chimiothérapie, radiothérapie et ablation des deux seins.
Aujourd'hui je suis heureuse et en rémission.

Lors de mes traitements et multiples opérations, j'ai été plutôt forte. J'ai toujours voulu avancer en étant positive et ça m'a beaucoup aidé, mon entourage également. Je n'ai jamais arrêté le sport lors de la chimio, radiothérapie, etc… Et ça a été ma plus grande force, malgré les dires des médecins, ma source de motivation, mon mantra de chaque jour. Avancer quoi qu'il arrive !

« Se dépasser quand tout va bien, se surpasser quand tout va mal. »

Grâce à cette motivation sans faille, huit mois après la fin des traitements, je gagnais le championnat de France de marathon (Septembre 2016) en 2h54. J'avais déjà un niveau national avant la maladie.

Je pense qu'aujourd'hui, je relativise beaucoup plus. J'avance quoi qu'il arrive et je fais ce qui me rend heureuse et ce qui me passionne. Sinon, ma vie n'a pas tellement changé. J'ai repris le travail et le sport. J'ai même réussi à retrouver mon meilleur niveau, mieux qu'avant la maladie. C'est une belle victoire ! Je me sens bien dans mes baskets.

En 2021, j'espère pouvoir aller chercher une sélection en équipe de France sur 100km et un podium au championnat de France, avec une possible sélection pour les championnats du monde.

J'aime la vie que je mène, je ne l'échangerais contre rien au monde. Elle m'a apporté tellement. Je suis si reconnaissante, envers mon entourage et les personnes bienveillantes.

👉 instagram.com/ana_banana_running/
👉Anaïs Quemener; le sport comme thérapie.

#CmyNEWme
... Voir plusSee Less

🔶 RDV avec Anaïs (Paris).  Touchée très jeune par un cancer, elle a retrouvé un haut niveau sportif et se prépare pour les sélections en équipe de France sur 100km!

✍🏻  On ma diagnostiqué un cancer du sein à lâge de 24 ans, triple négatif avec métastases ganglionnaires. Jai eu chimiothérapie, radiothérapie et ablation des deux seins.
Aujourdhui je suis heureuse et en rémission.

Lors de mes traitements et multiples opérations, jai été plutôt forte. Jai toujours voulu avancer en étant positive et ça ma beaucoup aidé, mon entourage également. Je nai jamais arrêté le sport lors de la chimio, radiothérapie, etc… Et ça a été ma plus grande force, malgré les dires des médecins, ma source de motivation, mon mantra de chaque jour. Avancer quoi quil arrive !

« Se dépasser quand tout va bien, se surpasser quand tout va mal. »

Grâce à cette motivation sans faille, huit mois après la fin des traitements, je gagnais le championnat de France de marathon (Septembre 2016) en 2h54. Javais déjà un niveau national avant la maladie.

Je pense quaujourdhui, je relativise beaucoup plus. Javance quoi quil arrive et je fais ce qui me rend heureuse et ce qui me passionne. Sinon, ma vie na pas tellement changé. Jai repris le travail et le sport. Jai même réussi à retrouver mon meilleur niveau, mieux quavant la maladie. Cest une belle victoire ! Je me sens bien dans mes baskets. 

En 2021, jespère pouvoir aller chercher une sélection en équipe de France sur 100km et un podium au championnat de France, avec une possible sélection pour les championnats du monde.

Jaime la vie que je mène, je ne léchangerais contre rien au monde. Elle ma apporté tellement. Je suis si reconnaissante, envers mon entourage et les personnes bienveillantes.

👉 https://instagram.com/ana_banana_running/
👉https://www.facebook.com/Anaïs-Quemener-le-sport-comme-thérapie-754967704693361/

#CmyNEWme ✊

Comment on Facebook

Bravo, continué le sport combat la maladie bonne journée

Bravo

Bravo à vous et chapeau

Chapeau bas Anaïs Quemener on s'est vu à Carthage le 8 mars les foulées d'alyssa tu m'as impressionnée bonne continuation et bonne chance.

Bravo à vous 👏👏👏👏

Quand j'ai découvert mon cancer en 2018 j'ai cherché partout des cas de cancer chez des jeunes femmes et Anais à été le 1er témoignage que j'ai lu et qui m'a donné la motivation. Elle avait été l'année d'avant l'invitée d'honneur de la course de la bottine à Nevers. Elle m'a donné bcp d'espoir. Merci à elle !

Super. Je suis en cours de chimio et je vais quand même faire du sport tous les jours à la fondation arc en ciel et j ai moins de douleurs articulaires et musculaires grace au sport

Quel force bravo à vous

👏👍😘

Merci pour le partage qui nous encourage. Je démarre la chimio jeudi après avoir un premier cancer en 2003 et où l’activité et le sport ont été un vrai ressourcement.

Une magnifique guerrière 👏👏👏👏👏👍👍👍👍👍❤️❤️❤️❤️❤️

View more comments

29/11/20

🔶Merci et bravo à nos 4 derniers #cancerbloomers pour leur engagement !
A travers des blogs, des pages Facebook ou Instagram, des groupes de paroles,... elles ont su utiliser le numérique et les réseaux sociaux pour partager, informer, sensibiliser, rassurer... transformer l épreuve de la maladie.
Belle semaine à toutes et tous et .... #CmyNEWme
... Voir plusSee Less

🔶Merci et bravo à nos 4 derniers #cancerbloomers pour leur engagement !
A travers des blogs, des pages Facebook ou Instagram, des groupes de paroles,... elles ont su utiliser le numérique et les réseaux sociaux pour partager, informer, sensibiliser, rassurer... transformer l épreuve de la maladie.
Belle semaine à toutes et tous et .... #CmyNEWme ✊

26/11/20

🔶 RDV avec Alice (Lille). Atteinte d'une forme de cancer rare, elle est en cours de création d'une association et d'un blog.

✍🏻 J’ai été opérée d’un pseudomyxome péritonéal de bas grade (forme rare de cancer du péritoine) en septembre 2019.

Tout a commencé par un bilan de fertilité. Pendant les examens, la gynécologue découvre une masse au niveau de mon ovaire droit. Après exploration, il s’avère que cette masse est sur mon intestin, un diverticule de Meckel me dit-on, bénin. Mais je dois tout de même contrôler cela avant d’envisager une grossesse. Et le résultat tombe après un scanner : mucocèle appendiculaire rompue. Ma vie bascule. Je dois annuler mes vacances, je tente d’appréhender l’idée que je suis malade, malade sans me sentir malade. Je n’ai aucun symptôme, c’est peut-être ça le plus dur.

Et ma vie personnelle qui part à la dérive aussi.
L’homme avec lequel je partage ma vie depuis six ans me quitte. Une semaine après avoir soufflé mes 30 bougies, je dois faire face à deux épreuves incroyables : une séparation, et surtout, la maladie. Je ne me laisse jamais abattre. D’un naturel anxieux, je n’ai étonnamment pas peur de ce qui m’attend. Ce que je redoute le plus c’est la cicatrice (du sternum au pubis), et ce fameux mot de six lettres qu’on ne s’attend jamais à dire de soi-même : cancer.

Mais on se découvre une force assez folle dans des épreuves de vie telle que la maladie. Le soutien de mes proches est précieux et indispensable, je les remercie encore chaque jour !
Un peu plus d’an après le diagnostic, je vais aujourd’hui très bien, mais j’ai du mal à réaliser. Tout s’est passé tellement vite. Une vie qui change du tout au tout en quelques mois. On ne ressort pas indemne de tout ça. Je ressens le besoin de donner du sens à ce chemin parcouru. Etant atteinte d’une forme rare de cancer, j’ai eu du mal à trouver des personnes avec lesquelles échanger. N’étant pas très connectée sur les réseaux sociaux, j’ai ressenti un certain isolement. J’ai vite repris le dessus, physiquement, sur la maladie, mais ce n’est pas pour autant fini.

Je serai suivie pendant quinze ans, il faut donc que j’apprenne à vivre avec. Je ne me sens pas toujours légitime à parler de ce que j’ai vécu et je me dis parfois qu’il faut que je passe à autre chose. Mais je n’en ai pas envie.
Je suis fière de mon parcours et j’ai envie de partager et surtout d’aider les autres à surmonter cette épreuve de vie incroyable. C’est pourquoi j’ai entamé cette année une formation en phytothérapie/aromathérapie (que je finirai en 2022). J’ai besoin de me reconnecter à l’essentiel : la nature et le bien-être. Et c’est ce que je souhaite partager avec d’autres. J’ai en projet de monter une association (autour de Lille) qui proposerait un accompagnement auprès des personnes malades (atelier bien-être, confection de tisanes et soins naturels, etc.). Tout reste à construire mais je crois profondément en ces initiatives.

Je continue en parallèle d’exercer mon métier de coordinatrice de formation dans une grande école de journalisme. Je lance notamment cette année la création d’un blog sur le cancer – une maladie très connue mais si peu traitée par les médias. Je me suis rapprochée de différents partenaires qui souhaitent participer à cette opération (institut de recherche, associations de patients, etc.).

Le blog va se lancer prochainement. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez y participer. C’est ensemble que l’on parviendra à faire sens de tout le chemin parcouru.

#CmyNEWme
... Voir plusSee Less

🔶 RDV avec Alice (Lille).  Atteinte dune forme de cancer rare, elle est en cours de création dune association et dun blog. 

✍🏻 J’ai été opérée d’un pseudomyxome péritonéal de bas grade (forme rare de cancer du péritoine) en septembre 2019. 

Tout a commencé par un bilan de fertilité. Pendant les examens, la gynécologue découvre une masse au niveau de mon ovaire droit. Après exploration, il s’avère que cette masse est sur mon intestin, un diverticule de Meckel me dit-on, bénin. Mais je dois tout de même contrôler cela avant d’envisager une grossesse. Et le résultat tombe après un scanner : mucocèle appendiculaire rompue. Ma vie bascule. Je dois annuler mes vacances, je tente d’appréhender l’idée que je suis malade, malade sans me sentir malade. Je n’ai aucun symptôme, c’est peut-être ça le plus dur.

Et ma vie personnelle qui part à la dérive aussi. 
L’homme avec lequel je partage ma vie depuis six ans me quitte. Une semaine après avoir soufflé mes 30 bougies, je dois faire face à deux épreuves incroyables : une séparation, et surtout, la maladie. Je ne me laisse jamais abattre. D’un naturel anxieux, je n’ai étonnamment pas peur de ce qui m’attend. Ce que je redoute le plus c’est la cicatrice (du sternum au pubis), et ce fameux mot de six lettres qu’on ne s’attend jamais à dire de soi-même : cancer. 

Mais on se découvre une force assez folle dans des épreuves de vie telle que la maladie. Le soutien de mes proches est précieux et indispensable, je les remercie encore chaque jour !
Un peu plus d’an après le diagnostic, je vais aujourd’hui très bien, mais j’ai du mal à réaliser. Tout s’est passé tellement vite. Une vie qui change du tout au tout en quelques mois. On ne ressort pas indemne de tout ça. Je ressens le besoin de donner du sens à ce chemin parcouru. Etant atteinte d’une forme rare de cancer, j’ai eu du mal à trouver des personnes avec lesquelles échanger. N’étant pas très connectée sur les réseaux sociaux, j’ai ressenti un certain isolement. J’ai vite repris le dessus, physiquement, sur la maladie, mais ce n’est pas pour autant fini. 

Je serai suivie pendant quinze ans, il faut donc que j’apprenne à vivre avec. Je ne me sens pas toujours légitime à parler de ce que j’ai vécu et je me dis parfois qu’il faut que je passe à autre chose. Mais je n’en ai pas envie.
Je suis fière de mon parcours et j’ai envie de partager et surtout d’aider les autres à surmonter cette épreuve de vie incroyable. C’est pourquoi j’ai entamé cette année une formation en phytothérapie/aromathérapie (que je finirai en 2022). J’ai besoin de me reconnecter à l’essentiel : la nature et le bien-être. Et c’est ce que je souhaite partager avec d’autres. J’ai en projet de monter une association (autour de Lille) qui proposerait un accompagnement auprès des personnes malades (atelier bien-être, confection de tisanes et soins naturels, etc.). Tout reste à construire mais je crois profondément en ces initiatives.

Je continue en parallèle d’exercer mon métier de coordinatrice de formation dans une grande école de journalisme. Je lance notamment cette année la création d’un blog sur le cancer – une maladie très connue mais si peu traitée par les médias. Je me suis rapprochée de différents partenaires qui souhaitent participer à cette opération (institut de recherche, associations de patients, etc.). 

Le blog va se lancer prochainement. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez y participer. C’est ensemble que l’on parviendra à faire sens de tout le chemin parcouru.

#CmyNEWme ✊

Comment on Facebook

Vous êtes une battante, je suis admirative. Continuez votre combat tout en aidant les autres. Ma fille de 22 ans a eu un cancer des glandes lymphatiques il y a 2 ans et je la reconnais en vous. Force et courage. Ne lâchez rien ! Virginie

Bonjour, Bravo pour votre parcours. Admirative de tout ce que vous avez vécu, votre force de caractère, votre détermination et ce besoin d'aider les autres...

Génial ! Merci pour ce partage plein de vie !

Bravo

Bravo bravo Alice.👍🏻👍🏻👍🏻 vous êtes une superbe guerrière 💪💪💪💪

Vous êtes très courageuse . Bravo à vous

Bonjour Alice, C’est vrai que dès que le mot cancer tombe, nous partons dans une spirale infernale, tout va vite trop vite ... Je me retrouve dans votre témoignage. Comme vous, j’ai ressenti le besoin d’aller vers le naturel et le bien-être. Je suis esthéticienne et je n’utilise que des produits compatibles avec les traitements et Français. Si vous avez besoin d’échanger pour votre Blog, c’est avec plaisir Encore bravo pour votre parcours

Bravo pour cette super initiative Alice Gray!!! On est avec toi 💪! À bientôt autour d'un verre 😉 des bisous!

c'est vrai que c'est parfois difficile de réaliser tout ce qui nous arrive. Ca va si vite ! En tous cas bravo pour ton parcours ! 💪

Très beau témoignage

Je vous admire pour votre courage

Bon courage

Je me retrouve en vous en ce qui concerne cette resilience et cette envie de retour à l'essentiel, la nature. A l'inverse, ce sont la clinique qui a mis en évidence la maladie. J'ai vécu 8 mois dans l'errance médical. Et enfin le mot à 5 lettres a été prononcé. 2 ans plus tard, plus forte que jamais, j'essaie de véhiculer un message de positivisme. La maladie on l'apprivoise et peu importe l'issue, on aura vécu et laissé une empreinte de courage et force derrière nous.

vous etes une battante je vous souhaite que du bonheur et reussite dans vos projets courage

Bravo pour ton courage et ta détermination.

Courage 💖💖💖

Courage et bravo Alice

Courage et bravo 👏👏😘

Bonjour Alice ! Vous êtes admirable ! Une vrai battante , je vous souhaite beaucoup de courage et bravo pour tout ce que vous faites . Nous vous envoyons des gros bisous de vitamines pour vous donner des forces pour votre combat et guérir rapidement 😘😘

Bonjour ma chérie, même si j'ai suivi grâce à ta maman, puis directement avec toi ces étapes difficiles de ta vie. Étant à distance, je ne réalisais pas à quel point cela devait être difficile à vivre pour toi. J'en ai les larmes au yeux de lire ton parcours et en même temps je suis si fière de toi. Je n'avais pas de doute sur ta force à surmonter cette épreuve. Et je ne suis pas surprise par ton envie d'engagement et de solidarité ! Félicitations pour ton implication et la femme que tu es devenue. Je t'embrasse fort 💟

Bonsoir, comment peut on participer à votre aventure

Nous sommes nombreux et nombreuses ...Je pense que pour la jeunesse ,c'est plus difficile , d'aborder cette maladie. Continuez à créer ce blog ,ma fille à fait le même parcours ,ça lui a apporté beaucoup....et de maîtriser ",un peu sa vie". Je vous souhaite le même apport, penser aux autres et à vous .💐😘

Très beau témoignage, des mots justes où nous nous retrouvons tout e s et une belle revanche sur la maladie avec laquelle il faut apprendre à vivre tous les jours du reste de notre vie. Bravo à vous.

View more comments

24/11/20

🔶 RDV avec Anaïs (Arnas - 69). Elle a créé une page Instagram et s'investit dans plusieurs associations de prévention, sensibilisation, entraide...

✍🏻 J'ai 33 ans et je suis maman solo d'un petit garçon de 5 ans, Jules.

Il y a deux ans bientôt, j'ai été diagnostiquée d'un cancer du sein inflammatoire. Ce combat n'était pas que le mien. Ce fut aussi celui de mon petit garçon, qui avait 3 ans et demi à l'époque, celui de mes proches qui ont été présents au maximum, qui m'ont soutenue et ont su me porter tout au long de mes traitements. Ça n’a pas été tous les jours facile, mais après un an de dur combat et une mastectomie complète du sein gauche, j'ai été officiellement en rémission.

L'annonce de mon cancer a été comme une tentative de suicide de mon corps, corps que j'avais toujours poussé plus loin et qui, à un moment donné, me dit « stop, ça suffit », comme pour me pousser à me recentrer sur ma vie, faire des choix et cesser de porter mon monde à bout de bras.
Du coup, j'ai décidé d'ouvrir un compte Instagram, à la base personnel, qui ensuite est devenu public, se nommant « Anarose_2020 ». J’y partage mes doutes, mes peurs, mes joies, mais aussi mes projets, car la maladie m'a ouvert les yeux, et j'ai décidé de participer à ma manière au combat contre le cancer du sein. J'ai intégré diverses associations, dont récemment Lovely Solidarity, en tant que coordinatrice de ma région. J’ai aussi un projet qui m'est cher et personnel, qui mettra du temps à voir le jour : l'ouverture d'un salon spécial dans ma ville, pour toutes les femmes atteintes d'un cancer du sein, où elles pourront trouver des soins en socio-esthétique, mais aussi de la lingerie ou des prothèses, ou ne serait-ce qu'un conseil devant un petit café, une écoute. C'est un projet qui va être long mais qui me tient à cœur.

J'ai eu la chance d'être très bien entourée, autant par mes proches que virtuellement, par mes sœurs de combat qui sont devenues une famille à part entière à mes yeux. Il y a même des hommes dans cette famille, car le cancer du sein n'est pas réservé qu'aux femmes, ne l'oublions pas : 1% des cancers des seins est attribué à vous messieurs. J'essaie de promouvoir l'auto palpation et la mammographie, sous forme de cliché photo artistique, avec ou sans partenariat.
Mon souhait le plus cher, c'est qu'en 2021 le cancer du sein ne soit plus jamais un tabou, et qu’on n’en parle pas uniquement pendant Octobre Rose.
Je me bats pour plein de projets auprès de mes sœurs de combat, qu'elles portent elles-mêmes, pour que plus jamais il n’y ait de maltraitances médicales, d’incompréhensions médicales. Le cancer du sein n'est pas réservé uniquement aux femmes de plus de 50 ans. Bien au contraire, de plus en plus de femmes plus jeunes sont touchées.

Mon entourage me décrit comme étant une acharnée, combative. Ils sont fiers de moi, de mon combat et de mes projets. J'ai continué à travailler pendant la chimio, à distance car j'étais assistante de direction. J'ai continué à gérer mon fils, et j'organise mes rendez-vous médicaux en fonction de son planning, afin qu'il ne croit pas que je ne l’aime plus.
Je suis fière de moi et je ne m’embête plus pour des choses non essentielles. J'ai appris à aimer mon cancer et lui dire merci. Je me suis réinventée et ré approprié ma féminité.

Tout commence par un rêve et il faut savoir apprécier la plus petite victoire afin d'être épanouie. Je me suis redécouverte en tant que femme, chose que j'avais oublié, trop occupée par ma vie de maman ou ma vie professionnelle.
Vous n'êtes pas seul(e). Savoir accepter d'être aidé(e) et dire merci est essentiel dans le combat du cancer.

👉https://www.instagram.com/anarose_2020/?hl=en
👉https://www.facebook.com/LadyAna31
👉https://expo.rotaract-lyon-ouest.fr/
👉https://www.lovelysolidarity.org/

#CmyNEWme
... Voir plusSee Less

🔶 RDV avec Anaïs (Arnas - 69).  Elle a créé une page Instagram et sinvestit dans plusieurs associations de prévention, sensibilisation, entraide...

✍🏻 Jai 33 ans et je suis maman solo dun petit garçon de 5 ans, Jules.

Il y a deux ans bientôt, jai été diagnostiquée dun cancer du sein inflammatoire. Ce combat nétait pas que le mien. Ce fut aussi celui de mon petit garçon, qui avait 3 ans et demi à lépoque, celui de mes proches qui ont été présents au maximum, qui mont soutenue et ont su me porter tout au long de mes traitements. Ça n’a pas été tous les jours facile, mais après un an de dur combat et une mastectomie complète du sein gauche, jai été officiellement en rémission.

Lannonce de mon cancer a été comme une tentative de suicide de mon corps, corps que javais toujours poussé plus loin et qui, à un moment donné, me dit « stop, ça suffit », comme pour me pousser à me recentrer sur ma vie, faire des choix et cesser de porter mon monde à bout de bras.
Du coup, jai décidé douvrir un compte Instagram, à la base personnel, qui ensuite est devenu public, se nommant « Anarose_2020 ». J’y partage mes doutes, mes peurs, mes joies, mais aussi mes projets, car la maladie ma ouvert les yeux, et jai décidé de participer à ma manière au combat contre le cancer du sein. Jai intégré diverses associations, dont récemment Lovely Solidarity, en tant que coordinatrice de ma région. J’ai aussi un projet qui mest cher et personnel, qui mettra du temps à voir le jour : louverture dun salon spécial dans ma ville, pour toutes les femmes atteintes dun cancer du sein, où elles pourront trouver des soins en socio-esthétique, mais aussi de la lingerie ou des prothèses, ou ne serait-ce quun conseil devant un petit café, une écoute. Cest un projet qui va être long mais qui me tient à cœur.

Jai eu la chance dêtre très bien entourée, autant par mes proches que virtuellement, par mes sœurs de combat qui sont devenues une famille à part entière à mes yeux. Il y a même des hommes dans cette famille, car le cancer du sein nest pas réservé quaux femmes, ne loublions pas :  1% des cancers des seins est attribué à vous messieurs. Jessaie de promouvoir lauto palpation et la mammographie, sous forme de cliché photo artistique, avec ou sans partenariat. 
Mon souhait le plus cher, cest quen 2021 le cancer du sein ne soit plus jamais un tabou, et qu’on n’en parle pas uniquement pendant Octobre Rose. 
Je me bats pour plein de projets auprès de mes sœurs de combat, quelles portent elles-mêmes, pour que plus jamais il n’y ait de maltraitances médicales, d’incompréhensions médicales. Le cancer du sein nest pas réservé uniquement aux femmes de plus de 50 ans. Bien au contraire, de plus en plus de femmes plus jeunes sont touchées.

Mon entourage me décrit comme étant une acharnée, combative. Ils sont fiers de moi, de mon combat et de mes projets. Jai continué à travailler pendant la chimio, à distance car jétais assistante de direction. Jai continué à gérer mon fils, et jorganise mes rendez-vous médicaux en fonction de son planning, afin quil ne croit pas que je ne l’aime plus.
Je suis fière de moi et je ne m’embête plus pour des choses non essentielles. Jai appris à aimer mon cancer et lui dire merci. Je me suis réinventée et ré approprié ma féminité.

Tout commence par un rêve et il faut savoir apprécier la plus petite victoire afin dêtre épanouie. Je me suis redécouverte en tant que femme, chose que javais oublié, trop occupée par ma vie de maman ou ma vie professionnelle.
Vous nêtes pas seul(e). Savoir accepter dêtre aidé(e) et dire merci est essentiel dans le combat du cancer.

👉https://www.instagram.com/anarose_2020/?hl=en
👉https://www.facebook.com/LadyAna31
👉https://expo.rotaract-lyon-ouest.fr/
👉https://www.lovelysolidarity.org/

#CmyNEWme ✊

Comment on Facebook

Que de magnifiques projets. Tu es incroyable, j'espère te rencontrer en "vrai" prochainement ! Merci pour tes belles énergies 💝 Lovely Solidarity

Merci Anaïs pour ta confiance, je sais qu'aujourd'hui est un jour particulier pour toi, tu aurais du être hospitalisée pour ta reconstruction mais l'opération a été repoussée en début d'année. Ne t'arrête pas à cette contrariété et continue d'avancer comme tu sais si bien le faire.

Bravo a vous Vous pouvez etre fiere de vous bonne et belle journee

Anaïs Fenautrigues projet futur formidable .. Continue à te battre 💪💋

Bravo

Bravo à vous 😘

Hedwige de Duve

View more comments

19/11/20

🔶 RDV avec Sylvie (Locmiquelic - 56). Elle a créé des groupes de paroles Facebook, participatifs, alliant soutien, informations et humour, sur le cancer du sein, dédié aux hommes aussi bien qu'aux femmes.

✍🏻 J’ai été diagnostiquée à 51 ans, suite à une convocation de sensibilisation. Ce n’était pas mon premier examen et comme d’habitude, j’y suis allée sereine car il n’y a aucun antécédent dans ma famille, et les femmes vivent plutôt âgées.
Alors forcément, au verdict « vous avez un cancer du sein très agressif », le ciel m’est tombé sur la tête. D’emblée, les médecins ont été rassurants. C’était pris à temps, donc un an de traitement « classique » : chimio, tumorectomie, radiothérapie, hormonothérapie pour 5 ans et vous serez en rémission !

Alors je me suis dit : « Ok. Puisque tu dois vivre ça, que cette expérience soit utile à d’autres ». J’ai fait un blog, comme un tintin reporter sur le terrain. J’y mettais de l’humour, même les jours plus difficiles. J’ai assommé de questions les équipes médicales, je voulais tout comprendre, être actrice de ma maladie.

Plus tard, j’ai intégré un important groupe de soutien sur Facebook , c’était intéressant et rassurant de partager, mais un peu anonyme. Puis, j ai co-administré un autre groupe durant seize mois. Le soutien y était personnalisé mais il y manquait la fantaisie, ce lâcher prise qui permet de penser à autre chose, à se reconstruire mentalement.

J’ai finalement créé le groupe La vie en Roses soutien cancer du sein sur Facebook .
Il est comme une maison où il fait bon se poser avec son coin cuisine et son espace détente fitness virtuels. La semaine est ponctuée d’infos, de soutien, d’humour. Il est participatif, les décisions sont collégiales, les initiatives bienvenues. C’est sans doute sa spécificité et son succès. C’est la team des Rosinettes.

Ce petit groupe grandit très vite, à tel point que des hommes concernés ont demandé à nous rejoindre.
Après réflexion, j’ai décidé de créer, avec deux autres femmes, un nouveau groupe mixte, orienté vers des hommes et des femmes, touchés par le cancer du sein, et qui sont prêts à dialoguer, s’épauler, en parler ensemble sans gêne, ni tabou. Le groupe s’appelle « Hommes femmes soutien cancer du sein ». Depuis début novembre, deux hommes déjà l’ont rejoint et une vingtaine de femmes. Finalement, il y a bien plus de points communs que de différences.
Cette démarche, c’est aussi l’espoir de faire connaître cet aspect méconnu du cancer du sein et motiver les hommes à se faire diagnostiquer et s’auto palper.

Professionnellement les choses ont changé aussi. La peinture était une passion, artiste peintre est devenu mon métier. Plus le temps d’attendre de vivre ses rêves…

Et quand, en retour, on me dit « merci à ce groupe d’exister» ou « merci pour ce portrait », je me dis que si j’avais une baguette magique et la possibilité de changer quelque chose dans ma vie, et bien non, je ne changerai rien.

👉https://www.facebook.com/groups/lavieenrosessoutiencancerdusein/?ref=share
👉https://www.facebook.com/sylvieblandinportraitspastel/
👉 www.facebook.com/groups/parceque.les.hommesl.ont.aussi.cancer.du.sein/?ref=share

#CmyNEWme
... Voir plusSee Less

🔶 RDV avec Sylvie (Locmiquelic - 56).  Elle a créé des groupes de paroles Facebook, participatifs, alliant soutien, informations et humour, sur le cancer du sein, dédié aux hommes aussi bien quaux femmes.

✍🏻 J’ai été diagnostiquée à 51 ans, suite à une convocation de sensibilisation. Ce n’était pas mon premier examen et comme d’habitude, j’y suis allée sereine car il n’y a aucun antécédent dans ma famille, et les femmes vivent plutôt âgées. 
Alors forcément, au verdict « vous avez un cancer du sein très agressif », le ciel m’est tombé sur la tête. D’emblée, les médecins ont été rassurants. C’était pris à temps, donc un an de traitement « classique » : chimio, tumorectomie, radiothérapie, hormonothérapie pour 5 ans et vous serez en rémission !

Alors je me suis dit : « Ok. Puisque tu dois vivre ça, que cette expérience soit utile à d’autres ». J’ai fait un blog, comme un tintin reporter sur le terrain. J’y mettais de l’humour, même les jours plus difficiles. J’ai assommé de questions les équipes médicales, je voulais tout comprendre, être actrice de ma maladie.

Plus tard, j’ai intégré un important groupe de soutien sur Facebook , c’était intéressant et rassurant de partager, mais un peu anonyme. Puis, j ai co-administré un autre groupe durant seize mois. Le soutien y était personnalisé mais il y manquait la fantaisie, ce lâcher prise qui permet de penser à autre chose, à se reconstruire mentalement.

J’ai finalement créé le groupe La vie en Roses soutien cancer du sein sur Facebook .
Il est comme une maison où il fait bon se poser avec son coin cuisine et son espace détente fitness virtuels. La semaine est ponctuée d’infos, de soutien, d’humour. Il est participatif, les décisions sont collégiales, les initiatives bienvenues. C’est sans doute sa spécificité et son succès. C’est la team des Rosinettes.

Ce petit groupe grandit très vite, à tel point que des hommes concernés ont demandé à nous rejoindre.
Après réflexion, j’ai décidé de créer, avec deux autres femmes, un nouveau groupe mixte, orienté vers des hommes et des femmes, touchés par le cancer du sein, et qui sont prêts à dialoguer, s’épauler, en parler ensemble sans gêne, ni tabou. Le groupe s’appelle « Hommes femmes soutien cancer du sein ». Depuis début novembre, deux hommes déjà l’ont rejoint et une vingtaine de femmes. Finalement, il y a bien plus de points communs que de différences.
Cette démarche, c’est aussi l’espoir de faire connaître cet aspect méconnu du cancer du sein et motiver les hommes à se faire diagnostiquer et s’auto palper. 

Professionnellement les choses ont changé aussi. La peinture était une passion, artiste peintre est devenu mon métier. Plus le temps d’attendre de vivre ses rêves…

Et quand, en retour, on me dit « merci à ce groupe d’exister» ou « merci pour ce portrait », je me dis que si j’avais une baguette magique et la possibilité de changer quelque chose dans ma vie, et bien non, je ne changerai rien.

👉https://www.facebook.com/groups/lavieenrosessoutiencancerdusein/?ref=share
👉https://www.facebook.com/sylvieblandinportraitspastel/
👉 https://www.facebook.com/groups/parceque.les.hommesl.ont.aussi.cancer.du.sein/?ref=share

#CmyNEWme ✊

Comment on Facebook

Merci Sylvie Blandin pour ces groupes d'échanges et de partage, pour ton soutien à toutes ces femmes touchées par le cancer du sein, je souhaite que le groupe ouvert aux hommes puisse également répondre à leurs attentes.

Ils sont fondamentaux ces groupes d’entraide pour nous autres concernés par la maladie. Certains deviennent même une deuxième famille. Et c’est loin d’être futile. On passe parfois du virtuel au réel en rencontrant des membres et cet instant est juste magique ! Une belle relation d’amitié sincère, à l’écoute et sans jugement. On s’y sent juste bien Merci à nos admins Sylvie Blandin et Virginie Ray 💝

Au départ je suis allée sur le groupe sur la pointe des pieds, du fait que je ne connaissais personne mais ceci n'a duré que l'espace d'1 ou 2 messages et ensuite grâce à cette convivialité naturelle, on ne se pose plus de question on y est bien dans ce groupe, on se sent entourée, chouchoutée, boostée zusfi, bref on se sent en vie. 🌹❤️

Bravo à Sylvie et Virginie pour ces groupes de paroles où on s'y sent bien comme à la maison ❤❤

C'est un super groupe, il est très important on peut discuter sans tabou et parler de son expérience. Tout le monde est passé un moment où un autre par ce crabe et on se sent moins seul on se sent compris merci à Sylvie et Virginie pour leur initiative 😍😍😍

comme à la maison ... on s'y sent bien surtout si l'on n'est pas bien soi même merci <3

Les biens portants n imaginent pas une seconde , l importance de ce genre de groupe! Merci à Sylvie Blandin er Virginie Ray. On vous aime 💚💚

Bravo à vous 😘

Merci à vous Sylvie et Virginie aux tops ne changer rien

Magnifique portrait

Bravo Sylvie 😘

Bravo, et vos pastels sont magnifiques

Bravo à la super Sylvie 👏😍 fière de toi 💪

Merci à toutes et à CmyNewMe pour cet interview

View more comments

Voir plus…

C l’info.

Anniversaire #CMyNewMe : 1 an déjà !

Anniversaire #CMyNewMe : 1 an déjà ! #CMyNewMe est suivi par de très nombreuses femmes mais également par des hommes, touché-e-s de près ou de loin...

Suivez-nous

sur Instagram

Suivez-nous

sur Twitter

Share This