Regine

Date de publication du témoignage :

26 Fév. 2019

RDV avec Régine (Bordeaux), survivante de trois cancers. Forte de ces épreuves, son leitmotiv est « Carpe Diem » et elle aime plus que tout la vie !

Ma vie ces dix dernières n’a pas été un long fleuve tranquille…
Au début de l’année 2009 et après des mois de souffrance et autant d’errance médicale, je ressens une douleur insupportable dans le côté droit. Je vois enfin un médecin qui me prescrit une échographie pelvienne. Un premier bilan arrive : une énorme masse au niveau des ovaires. J’apprends que j’ai eu une torsion à un ovaire ! On me programme en urgence une hystérectomie totale avec annexectomie par voie haute, retrait de l’épiploon, grattage des adhérences…. J’ai appris beaucoup de mots… et je n’avais pas fini d’apprendre…
Le 12 mars 2009, mon chirurgien m’apprend que j’ai un cancer de stade 3, grade 3, avec des métastases sur le péritoine. Il n’est ni bon ni mauvais dans cette annonce, très technique surtout, avec des petits schémas explicatifs…. un aperçu du traitement, et surtout un rendez-vous avec l’oncologue. Je vais pleurer, commencer par refuser ce diagnostic, l’idée des chimios… et 10 jours après, je rencontre celle qui allait devenir au fil des années un personnage incontournable de ma vie de malade.
Protocole : 18 séances de chimiothérapie, 6 mois de traitement. Pose de la chambre implantable, première chimio, je n’échappe pas aux nausées, aux mucites si douloureuses, à cette fatigue extrême, la sensation de ne plus être maître à bord de son propre corps. Baisse des globules blancs, des globules rouges, des plaquettes, perte des cheveux, c’est un des effets le plus difficile à accepter… Mes filles m’ont acheté de beaux foulards, une amie d’enfance m’a offert une perruque, quel beau geste !
Je n’échappe pas non plus à l’EPO, aux granocites…. Enfin, un jour, fin des chimios… un rayon de lumière dans ce tunnel. Mais il y a un mais… je dois subir une nouvelle intervention chirurgicale, une opération lourde qui consiste en l’ablation des ganglions lombo aortiques, pelviens, un petit nettoyage du péritoine, des prélèvements. J’ai souffert mais les résultats sont bons… plus de trace de cellules cancéreuses…. Yessssssssssss !!!
 Début 2010, je vais commencer les suivis : scanners, examens cliniques, marqueurs : peurs, angoisses…. En 2011, je fais une prise de sang pour une recherche génétique que BRCA 1 et 2, un cancer des ovaires à 49 ans, c’est pas normal ! Les tests sont négatifs…. donc, dixit mon onco -généticienne, « je n’ai pas plus de chance de développer un cancer du sein qu’une autre femme dans la rue »…
Oui mais rien n’est simple avec moi car en 2013, au cours d’un examen de dépistage, mammographie et échographie, on voit dès microcalcifications au sein droit. Mon sein gauche est classé ACR 2… donc il est censé aller bien.
J’ai droit à une biopsie, résultat : cancer in situ de haut grade au sein droit. Le médecin radiologue qui me suit depuis des années, au vu de mon passé ovarien, me prescrit une IRM… Je passe cet examen…. et bingo (selon le terme du radiologue examinateur) : une boule suspecte qui se révèle être un cancer triple négatif de stade 1, de haut grade.
J’ai droit à une double mastectomie sans reconstruction immédiate… Je n’ai pas pleuré mes seins, trop contente de m’en débarrasser, retrait des ganglions des deux bras, aucun touché…
Ensuite s’en suivent re-oncologue, re-chimiothérapie… re-perte de cheveux, re-effets secondaires violents et détestables, re-pleurs….
A la fin de tout cela, mon oncologue m’annonce ma rémission. Depuis mi 2014, je suis en rémission complète de ces trois cancers !!!
J’ai refait les tests génétiques, toujours négatifs… Gène non identifié à ce jour… Et oui !!!! On a retiré ma chambre implantable. Quel soulagement ! J’ai fait une reconstruction mammaire en 2016…
Affaire à suivre. Le sort s’acharnerait-il ?? Mais non, j’aime la vie malgré ses coups vaches, j’aime mes filles, mes petits-enfants, mon mari qui m’a accompagnée durant ces moments si difficiles. J’aime apporter mon aide aux femmes qui sont aussi confrontées à ces épreuves. Je fais partie d’associations, j’accompagne autant que je peux !
J’aime le soleil, la mer, écouter les oiseaux… et les gens.
CARPE DIEM