Lisa

Date de publication du témoignage :

21 Fév. 2019

RDV avec Lisa (Albert, Somme) qui a fait du tri parmi ses médecins, du tri dans sa vie pour ne garder que l’essentiel : sa joie de vivre !

Je m’appelle Lisa, j’ai 51 ans et maman de 5 enfants de 32, 29, 21, 9 et 8 ans.
En mai 2015, je commence à souffrir atrocement de la hanche. Mon médecin traitant me dit que c’est une sciatique. Les semaines passent, j’ai de plus en plus de mal à marcher. Je peux à peine poser mon pied au sol mais le médecin refuse les examens, pour lui c’est juste une sciatique. À force d’insister, je passe des examens et en novembre 2015. La bombe explose : cancer du sein d’une tumeur de 17 cm, triple négatif au stade 4 et des métastases aux ganglions, foie de 8 cm, hanche de 10 cm et plusieurs sur la colonne vertébrale de quelques millimètres.
Je vois un oncologue qui m’annonce que je ne vais pas m’en sortir car trop avancé et qu’il faut se préparer au pire. Pour lui il ne me reste à peu près que 6 mois. Il prescrit une chimio à vie et pas d’opération car inopérable.
Mon mari s’écroule… Moi non ! Je rejette tout net ce que j’entends. Je dis à l’oncologue que je vais m’en sortir. Il soupire et hausse les épaules…. La seule chose qui me traverse l’esprit à ce moment-là, c’est qu’il n’a pas à me condamner. Je me moque de son avis.
Je change d’oncologue et je commence la chimio. Je perds mes cheveux mais bizarrement je le prends bien, je me trouve belle. J’arrive même à sortir sans rien sur la tête !
Après 3 chimios différentes, au bout de 18 mois, les tumeurs ont beaucoup diminué et au pet-scan, elles se sont nécrosées et ne sont plus actives. La chimio est suspendue et je commence la radiothérapie pour le sein et la hanche. Depuis j’ai un pet-scan tous les 3 mois pour surveiller les tumeurs. Au moindre éveil de celles-ci, je retournerai en chimio. J’ai toujours un traitement pour les métastases osseuses, 1 piqûre et 1 prise de sang, pour surveiller les marqueurs, toutes les 4 semaines.
Quand je repense au pronostic de 6 mois que cet idiot de médecin m’avait donné en 2015…. La leçon à en tirer est que même si le pronostic est mauvais, il faut toujours se battre, toujours y croire. J’ai la chance d’avoir un mari et des enfants merveilleux, leur amour m’a portée, ils ont été mon moteur, ma force de combattre. Il ne faut jamais lâcher, je suis la preuve vivante que même un cancer métastasé peut se stabiliser.
Mon oncologue me dit que les tumeurs peuvent se réveiller dans 6 mois, 1 an, 10 ans, 20 ans ou plus, on ne sait pas, mais depuis le début, je fais des projets, je profite de chaque instant de bonheur à fond.
Oui je suis très fatiguée, je ne serais plus jamais comme avant mais ce n’est pas grave. Je vis, je suis en vie. J’ai aussi changé de médecin traitant. J’ai fait du tri dans ma vie, j’ai vu le vrai visage des gens. Je suis heureuse, c’est l’essentiel.
Si mon histoire peut aider une seule personne, j’en serais ravie.
Courage à tous les guerriers et guerrières. Ne lâchez jamais. Croyez en vous.