Pauline

Date de publication du témoignage :

3 Mai. 2019

RDV avec Pauline (Le Mans), une jeune infirmière qui a trouvé sa vocation à travers la dure expérience d’enfant malade. Bravo Pauline !

J’ai 23 ans et j’ai eu un lymphome hodgkinien à l’âge de 12 ans.
Pour moi, cela a commencé par une « boule » dans le cou. J’ai d’abord pensé que cela passerait et je n’ai rien dit à mes parents. Par la suite, voyant qu’elle ne partait pas, j’en ai parlé à ma mère qui m’a conduite chez le médecin.
Commencèrent alors les examens : des prises de sang, car l’on pensait à la mononucléose ou la maladie de Griffe du chat. Puis la remplaçante de mon médecin traitant m’a envoyée au service oncologie pédiatrique de l’hôpital.
Arrivé là-bas, ils me refont les prises de sang puis un scanner que j’ai dû faire dans un autre centre, en urgence…
Un mois plus tard, tombe le diagnostic invraisemblable ! Je me souviens que les médecins avaient d’abord parlé à mes parents dans une salle à part, puis à mon tour. Je n’ai pas tout compris sur le coup, j’étais trop jeune.
J’ai subi pendant 8 mois les traitements. Je dis « subir » parce qu’étant enfant, on ne nous laisse pas le choix malgré mes tentatives d’y mettre fin… La chimiothérapie était dure et fatigante et j’ai voulu tout arrêter, mais mes parents ont veillé à ce que je tienne. Puis ce fut au tour des séances de radiothérapie, pendant un mois, loin de chez moi, car tous les matins on devait faire quatre heures de route aller-retour…
Malgré cette année 2008 difficile, j’ai pu suivre les cours à domicile et ne pas refaire une année scolaire : continuer mes études était un but.
Des doutes persistent concernant ma capacité à procréer, car les rayons ont ciblé l’utérus et les ovaires.
Les soignants ont été si avenants avec moi que cela m’a donné envie de faire mon métier actuel : infirmière, je souhaite reproduire ce que j’ai reçu malgré des périodes difficiles, je veux redonner le sourire aux patients.
Aujourd’hui, je suis en pleine forme, malgré quelques séquelles, je traîne une fatigue constante et je souffre d’hypothyroïdie et de tachycardie.
5 ans de rémission et aujourd’hui, après 11 ans, je suis guérie. Cette épreuve m’a permis de m’affirmer et de trouver mon métier, car à ce jour je suis une jeune infirmière et j’adore cela.
On apprend à vivre au jour le jour, avec le sourire.