Nathalie

Date de publication du témoignage :

16 Juil. 2019

RDV avec Nathalie (entre Belgique et Mayenne). Elle a démarré un « pink trip » pour aller à la rencontre du cancer partout dans le monde.

Le cancer est une aventure qui est loin derrière moi. Quand je dis loin, c’est plutôt une question de temps. Il y a 18 ans, un premier cancer du sein, stade 4, agressif et deux sortes de cancer dans le même sein. J’ai droit au package de traitement VIP…
18 ans c’est un bail ! Tourne-t-on la page un jour après un cancer ? Y pense-t-on un jour comme un événement lointain, tel cette fois où nous avons eu une grosse frayeur en voiture, ou nous avons passé la meilleure soirée entre amies ?
Je réfléchis… Je repense à la naissance de mes enfants. Je suis devenue à chaque fois une maman, la maman de…, une aventure qui ne s’arrête jamais, qui m’a fait évoluer, qui m’émerveille souvent, m’a fait pleurer parfois, me remplit d’amour tout le temps.
Pourrais-je dire que le cancer, tout en étant un événement différent, c’est un peu pareil ? On le découvre un jour et plus rien ne sera jamais comme avant. C’est clair ce n’est pas un cadeau à priori… Mais, grâce à lui, je me suis découvert un caractère de battante. Je l’ai regardé bien en face… Qui c’est l’plus fort ici !
Et j’ai commencé à faire des « choses » que je ne faisais pas… Plonger mes yeux dans les violettes en fleurs, c’est fou ! 18 ans après, ce moment reste gravé dans ma tête. J’ai commencé à vraiment regarder ce qui m’entourait.
Je suis devenue contemplatrice, j’adore ça ! Un beau ciel : « les enfants, je gare la voiture et on admire » !
Puis, j’ai pris plaisir à prendre soin de moi. J’étais déjà coquette mais je ne goûtais pas au plaisir de me passer une crème sur le corps, sur le visage. Ces gestes depuis font partie de mon quotidien. C’est tout en subtilité que j’ai commencé à poser mes priorités, à vouloir profiter de la vie de plus en plus, à ressentir avec plus d’intensité !
J’ai commencé à m’autoriser à me poser pour écouter de la musique, lire un livre… Après, j’ai lu beaucoup de livres sur la remise en question de la vie, sur le développement personnel. J’avais envie d’être mieux respectée, d’être plus en phase avec moi-même. J’ai quitté mon compagnon de vie depuis 12 ans.
Par contre, j’ai recommencé à travailler autant, encore plus, pour faire bouillir la marmite… Trois enfants à gâter, ça n’est pas rien !
Enfin, les envies de voyages, d’escapades, que j’avais plus jeune, sont revenues toquer à la porte. D’abord de petites vacances en France avec les enfants. Puis en 2010, une autre aventure : le chemin de Compostelle du Puy-en-Velay jusqu’à Santiago.
J’avais un rêve : faire le tour du monde en camping-car. Il me trottait de plus en plus dans la tête et a commencé à se préciser.
Un jour, en plus, cette question : « Mais, comment cela se passe-t-il pour les autres femmes touchées par le cancer, ailleurs dans le monde ? L’influence de la culture ? La prévention ? L’accès aux soins ? ».
Ainsi est né le projet « The Pink Trip », le cancer du sein à travers le monde.
Je ne continuerai pas en camping-car, car trop coûteux et difficile pour moi seule. Les premières rencontres ont eu lieu en Espagne (Andalousie), que de merveilleux moments !
Mon projet avance doucement car j’ai tendance à en sous-estimer l’ampleur. J’aimerais mettre en place un vrai parcours et me mettre en route pour de bon !
Je me réjouis des contacts que j’ai au Japon, en Thaïlande… Si vous aussi êtes curieux/se de découvrir comment cela se passe ailleurs, en route !

www.thepinktrip.com
https://www.facebook.com/thepinktrip/