Photo de Nadia

Nadia

Date de publication du témoignage :

18 Juin. 2020

RDV avec Nadia (Douzillac – 24). Guérie d’un cancer colorectal, elle s’occupe d’une association pour « mettre les voiles » après la maladie.​

J’avais toujours entendu que l’on pouvait être atteint d’un cancer colorectal seulement à partir de 65 ans mais je n’en avais que 45… Pourquoi moi ??? Nous sommes en 2013. Certes, ma vie de couple n’était pas facile mais j’avais deux beaux enfants qui m’apportaient beaucoup. Le couperet était tombé et il fallait l’accepter. Examens après examens, opération conséquente pour extraire cette tumeur qui me rongeait. Et de nouveau, annonce : 12 séances de chimiothérapie allaient s’en suivre, pas vraiment prévues au programme. La terre s’effondre de nouveau sous mes pieds, vais-je mourir ? Oui, certainement, mais pourquoi moi ??? Qu’ai-je fais ???

Alors NON, il ne va pas m’emporter, me priver de mes enfants. Je vais me battre, corps et âme, même si la bataille s’annonce difficile, je gagnerais !!!
Je vis au rythme des séances de chimiothérapie, des effets secondaires, et des petits moments de répit où je m’aperçois et découvre qu’il faut que je vive pour moi, pour pouvoir m’en sortir. Mes enfants m’accompagnent le mieux qu’ils peuvent dans cet univers inconnu. Ils m’encouragent par leur positivité qui commence à me gagner. Mais le moral n’est pas toujours au beau fixe. J’apprends enfin à écouter mon corps, à ne prendre que le positif de cette nouvelle vie qui s’annonce. Car OUI, une nouvelle vie s’annonce…

Mes enfants, ma famille, mes amies(s) sont présents et ne me lâchent pas dans cette épreuve. Je prends enfin les bonnes décisions qui s’imposent pour VIVRE !!! Et guérir de tous ces maux. Le cours de la maladie suit son cours positivement, comme ma nouvelle vie, sans contrainte, sans peur, seulement avec mes enfants. Je prends tout ce qui peut m’apporter du positif. Je découvre alors le médiété et la danse contemporaine, deux activités physiques qui vont me permettre de renouer avec mon corps meurtri. Je fais aussi la connaissance de patients, de belles personnes, de belles amitiés, vraies.

Depuis le début de cette traversée du désert, dont je commence à voir l’issu, je suis une thérapie avec une psychologue. Elle me parle d’une association qui offre des moments d’évasions aux patients ainsi qu’à leurs proches, afin de sortir de l’isolement, TRIBU CANCER, créée par une patiente. Elle me propose de partir quelques jours sur un voilier pour prendre l’air. OUI, prendre l’air, même si je souffre du mal de mer, je vais y aller !!! Car de nouveau, le moral est en « dent de scie ».

Je bénéficie alors de journées de voile inoubliables !!! Quand la maladie met les voiles, faite de rire, de partage, de belles rencontres. Un horizon positif arrive enfin pour moi. Et là, tout s’enchaîne : une profonde amitié avec la Vice- Présidente de l’association, elle-même patiente, mon implication en tant que bénévole à ses côtés. Nous ne savons que trop ce dont les patients ont besoin. De nouveaux espaces d’évasion sont mis en place par la Vice- Présidente et son souhait, créer une antenne dans la région, sera réalisé par la création de TRIBU CANCER 24.

Je suis guérie aujourd’hui et je continue désormais à poser mes traces dans les siennes, en tant que Présidente de l’association comme elle le souhaitait. J’offre à mon tour ce qui m’a été offert. Que de plus beau que d’attendre les remerciements des patients, une lumière dans la maladie !

https://www.facebook.com/tribucancer.24/
 https://www.tribucancer.org/