Marie

Date de publication du témoignage :

28 Sep. 2021

RDV avec Marie (Tarn). Après un cancer du sein, elle assume son statut d’amazone et la reconstruction à plat. Et prépare son mariage !

16 Mai 2019. Mon amoureux et moi sommes dans la salle d’attente de l Oncopôle pour la fameuse biopsie planifiée depuis que j’ai senti une boule dans mon sein gauche. Après 2h d’attente, c’est enfin à nous. Le médecin m’explique la procédure et c’est parti. Elle fait d’abord une échographie et elle insiste beaucoup au niveau de la clavicule. Là, j’imagine le pire. Elle termine enfin, me dit que j’ai été courageuse et  m’explique qu’il faut attendre une semaine pour les résultats. Mais elle prend une pause, puis me dit que d’après son expérience et ce qu’elle voit tous les jours, c’est un cancer. Double uppercut. J’essaie de me contenir pendant qu’elle m’explique les traitements possibles, qu’elle me parle de chimio et là, j’explose en pleurs, en m’excusant évidemment. Je prends des kleenex, étonnant qu’il y en ait sur son bureau. Elle me dit que sa secrétaire va me prendre rendez-vous pour un tep scan, une irm, l oncologue et même le chirurgien. Ça fait un peu beaucoup tout ça, je n’y suis plus, j’encaisse, j’imagine le pire. Je me vois vomir et perdre mes cheveux. Et ce n’est que le début d’un long et douloureux combat. 

Cette saloperie m a pris beaucoup de choses : mes cheveux, mes cils, sourcils, tous les poils de mon corps, ma silhouette, mon amour propre, ma force, mon sein gauche, mon insouciance, des effets secondaires qui persistent encore, ma vie telle que je l’ai connue … mais il m’a aussi tellement apporté : un autre regard sur la vie, des réserves de force et d’endurance à la douleur, un amour qui s’est encore plus consolidé, le genre d’amour que je souhaite à tout le monde, doux, respectueux, soutenant, magique, des amitiés consolidées, le soutien sans faille de mes proches, une magnifique rencontre avec une kommunauté de femmes fortes, admirables, bienveillantes. 

Me voilà presque deux ans plus tard. Je suis dans un essai clinique (et sous hormonothérapie) depuis aout 2020, et ce pour deux ans et demi car je suis très à risque de rechute et en même temps cela participe à la recherche pour aider d’autres femmes. Je suis encore en arrêt de travail. Les effets secondaires des traitements actuels ne me permettent pas de me sentir assez solide physiquement et psychologiquement pour reprendre mon travail d’assistante sociale pour le moment. 

Mais je suis en vie, je suis reconnaissante. Je viens de me faire opérer pour améliorer l’aspect de ma cicatrice car je ne souhaite pas de reconstruction malgré les injections de la société, qui tend à considérer que la féminité passe par la poitrine. Moi j’assume totalement mon statut d amazone, je le revendique même, et je suis soutenue par mon compagnon avec lequel je vais me marier l’année prochaine.

http://instagram/ma_rie_g_