Eli

Date de publication du témoignage :

4 Avr. 2019

RDV avec Eli (Courbevoie), pour qui cancer et épreuves de « l’après » sont des défis à relever… et la voie vers un livre tout juste publié.

37 étés… et une merveilleuse fille de 9 ans.
Divorcée en 2016, une nouvelle vie commence pour moi en 2017 : nouvel homme, nouveau job en septembre 2017… Et en novembre, je prends ma douche, me lave, je mets de la crème… sur mes seins… Et là je sens un truc, une boule, un machin… Panique… C’est quoi ça ?!
Panique chez moi, c’est action/réaction. C’est un vendredi soir. Le week-end, je fête l’anniversaire de ma fille. Je prends rendez-vous, et dès le lundi, je vais voir le gynécologue de ma maman.
Mammographie à faire… Je mets 15 jours à y aller… Je venais de changer de travail… Pas le temps… Mammo faite. Et là… « Traînez pas », me dit la radiologue. Je sors en pleurs. Je ne sais pas, je ressens une émotion négative. Allo maman… Blablabla. Les rendez-vous s’enchaînent. Gynécologue de nouveau. Ponction. RIEN. Biopsie à faire en urgence.
Un mois après cette boule, le diagnostic tombe : cancer du sein.
Je venais de valider ma période d’essai. Panique à bord ! Le lendemain, j’annonce la nouvelle à mon chef. Puis, juste après Noël, je le dis à ma fille.
Mastectomie le 8 janvier 2018, puis chimio de fin janvier à mai… Malade… Effets secondaires terribles. Radiothérapie. Flinguée, je pars en cure thermale pour récupérer.
Septembre : c’est la rémission, et je reprends le travail en mi-temps thérapeutique. Mon compagnon se dit alors : « Ça y est, c’est fini ». Mais… Non…
Pendant la maladie, j’ai écrit de nombreux textes qui m’ont aidé à lutter, à trouver la force. La maladie m’a permis de me recentrer. J’ai voulu témoigner, libérer les tabous. Je suis passée dans les médias pour témoigner, et dire que cela n’arrive pas qu’aux autres. C’est un combat que j’ai mené avec un mélange de colère, de force et de tristesse, sans aucun soutien de la part de l’homme avec qui je vivais.
Je crée avec envie un blog et une association du même nom « eliroseforever ». Mais je communique très peu, m’interdisant de trop parler de cancer à la maison. Je trouve un éditeur, monte un projet pour octobre 2019, vois des thérapeutes, vais à l’institut Rafaël… mais je ne dis rien de ce que je fais à la maison, car il faut oublier le cancer, et l’après-cancer.
Je pars en séminaire en janvier 2019. Au moment de rentrer à Paris, je me fracture la rotule droite sur le quai de la gare.
La suite est faite de patience, comme pendant les traitements de cancer. Je me fais larguer le dimanche matin, après avoir passé la nuit aux urgences. Je me fais opérer : agrafes, cerclage, attelle… et perte de mobilité totale pendant deux mois. Je suis chez mes parents depuis quelques mois, avec un futur déménagement, une future reconstruction mammaire. Une nouvelle vie.
Je dis merci à cet homme qui m’a lâchée.
J’ai pu reprendre les activités qui me donnaient le sourire, travailler sur mon projet octobre rose 2019, travailler sur mon livre, qui vient de sortir.
Je remercie ma maman, ma famille, ma meilleure amie et mes amis d’avant la maladie. Seuls les meilleurs restent. Je remercie aussi toutes les personnes avec qui j’ai pu discuter, échanger, rigoler ou pleurer.
Ces épreuves, je les vis comme des défis. Et à chaque fois, je veux avancer pour ma raison de vivre : ma fille. Je travaille sur la pensée positive, pour aller de mieux en mieux chaque jour. J’espère pouvoir rentrer chez moi bientôt, et marcher de nouveau.
2019 sera une année supplémentaire de patience, de persévérance et de résilience. Je savais que cette année serait l’année du changement, mais à ce point-là, je ne me doutais pas. J’arrive à prendre du recul.

 https://www.facebook.com/eliroseforever/
 www.eliroseforever.com
 http://editions-sydney-laurent.fr/…/ma-boule-mon-ptit-canc…/