Agnès

Date de publication du témoignage :

11 Déc. 2018

RDV avec Agnès (La Verdière), une Mad’Ame au grand cœur.

J’ai 47 ans lorsque j’apprends que je suis porteuse d’un cancer du sein de grade 2. Trois ans plus tard pour mes 50 ans, j’écope d’un cancer métastatique. Tout à coup mon monde s’ébranle, la terreur entre dans mon foyer, prend toute sa place dans mon corps, mes émotions et celles de mes proches. Et lorsqu’un an plus tard je comprends que je vais devoir composer et m’adapter dans une vie orientée « maladie chronique »… je me sers du poids de mes mots et de l’impact des images de mon corps pour faire passer ce message : à partir de maintenant, je fais en sorte que chaque seconde compte !
Déterminée je me réfugie dans l’écriture et je publie, en août 2018, ma première autobiographie Mad’Ame est servie (aux éditons Sydney Laurent) : Je suis désormais une Amazone ? Et alors !
Les mois s’écoulent, une continuité de vie s’installe. J’apprends à composer avec une maladie traitable et non plus curable. Tonique est combative, sourire affiché (quoi que souvent absent ces derniers temps) je ne regrette rien, n’en veux à personne et n’envie aucun être, ni aucune destinée…
Aujourd’hui ma joie est ponctuée de protocoles de soins qui s’enchaînent à chaque fin de trimestre en fonction du résultat des examens. Mon corps souffre, mon visage de transforme, mes mots sont réfléchis et mes pensées m’aident à me construire un monde où j’ai une place forte. Et, malgré la disparition récente de certains êtres chers rattrapés par le couperet de la maladie, mon envie de vivre a décuplé.
Mon essentiel à moi se situe à trois niveaux :
1/ Faire de mes expériences une plus-value partenariale intégrée au milieu médical, dans l’accompagnement et le suivi thérapeutique des patients atteints de cancer ou de pathologie chronique ;
2/ Continuer à écrire et à témoigner de mon parcours, afin que davantage de personnes sachent au lieu de supposer ;
3/ Participer régulièrement à des actions mettant l’impact de l’image au premier plan, dans l’acceptation de soi avec un corps différent.
La maladie m’a appris à me connaître et à reconnaître ma légitimité, elle m’a autorisé la prise de recul face à une personne ou à une situation. Ma vision de l’humain a changé. J’invite chaque personne à se rencontrer en sortant de sa zone de confort. Aujourd’hui il est temps de stopper les faux semblants et d’aller de l’avant.
Ne croyant ni en dieu ni à aucune forme de divinité non plus qu’aux magiciens ou aux poudres de perlimpinpin, la seule source qui m’anime est la foi en ma positivité, et ce, quoiqu’il advienne. Je sais dire, rire et pleurer et c’est dans cet esprit que je compte gagner encore quelques belles années.

mad-ameestservie.com