Photo de Muriel

Muriel

Date de publication du témoignage :

17 Nov. 2020

RDV avec Muriel (Cogolin – 82). Atteinte d’un cancer du côlon métastatique, elle a créé un blog pour témoigner et informer.

En novembre 2015, opérée d’urgence pour occlusion, j’apprends que j’ai un polype cancéreux au colon (qui était là depuis un moment sûrement) : cancer du côlon stade 3. Curieusement, je n’ai pas ressenti de tsunami qui me tombait dessus, mais plutôt un message de mon corps qui me disait « dis donc, tu m’as un peu oublié ces temps-ci, et tu ne penses pas trop à toi ».

Cela faisait plusieurs années que je m’occupais de ma maman qui avait la maladie d’Alzheimer, après avoir perdu mon père 10 ans auparavant, de cancers. C’est vrai que je m’étais un peu oubliée.

S’en sont suivies douze chimio préventives, que j’ai eu du mal à supporter, me soignant depuis 18 ans à l’homéopathie : passer des granules à la chimio, mon corps n’a pas compris ! Et la neuropathie est vite survenue !

Puis en septembre 2016, lors du premier contrôle, le radiologue m’apprend que j’ai trois nodules aux deux poumons (sinon ce n’est pas drôle !) qui sont des métastases. Là, j’ai cru être à la fin de ma vie ! S’en sont suivies douze chimio, une lobectomie du poumon gauche et des séances de radiothérapie ciblée.

Pendant ces deux ans, j’ai continué le sport tant que je pouvais, la marche dans la nature, et je me suis mise au qi gong, à la méditation et la sophrologie, de vrais médicaments.

Le rire et l’autodérision ont été également des thérapies pour moi, un pied de nez à la maladie, surtout lorsqu’on t’apprend que ton cancer, devenu métastatique stade 4, sera chronique : tu n’es pas guérissable et il y a de forts risques de récidives, voire de chimio fréquente ! J’ai connu des moments de détresse, de doute, de désespoir, malgré mon mental d’acier qui n’a rien lâché. Les effets secondaires étaient violents parfois, mais je rebondissais entre chaque chimio en me ressourçant dans la nature et en n’arrêtant pas de faire des projets. Adepte de la médecine douce, j’ai été suivie par un homéopathe qui m’a aidée à mieux supporter ces effets.

Après le coup de massue que j’avais reçu, j’ai décidé d’accepter le diagnostic mais pas le pronostic, et j’ai mis en place toutes les armes naturelles qui pourraient me sortir de cette maladie. J’ai choisi de suivre des traitements que l’on prescrits en Allemagne et en Suisse quand on a un cancer, et j’ai changé mon alimentation. Les cellules cancéreuses aiment le sucre : j’ai décidé de ne pas donner à manger à celles qui veulent me tuer ! Je mange moins de viande voir presque plus. Pour moi, c’est ma façon de rester actrice !

Depuis juin 2017, je suis en rémission avec des contrôles réguliers. C’est une grande victoire pour moi !

C’est pour cela que j’ai souhaité partager mon vécu à travers un blog, puis une page Facebook, pour montrer que, même avec un stade 4, on peut être en rémission et aussi qu’il y a une vie entre les chimios. Je rédige des articles sur mes armes naturelles et my way of life !

Aujourd’hui j’ai encore des séquelles, à savoir des troubles cognitifs dus au « chemobrain » dont je parle dans mon blog car peu connu.

Je profite de chaque instant, mais surtout je prends plus soin de moi et de mon corps afin qu’il ne me fasse pas un troisième rappel !

https://itinerairemalinduncancercolonisateur.wordpress.com/
https://www.facebook.com/muriellamera/