Photo de Marie-Eve

Marie-Eve

Date de publication du témoignage :

9 Sep. 2021

RDV avec Marie-Eve (Montréal – Canada). Elle est actuellement en traitement pour un cancer métastatique, après un premier cancer il y a quelques années. Entre combat, colère et tristesse, elle poursuit ses traitements.

Premier diagnostic. Je me rappellerais de cette date toute ma vie. 5 juillet 2017 (Braga, Portugal).

Et oui, j’étais censée passer un mois de détente au Portugal auprès de ma belle-famille, mais le destin en a décidé autrement. J’ai dit à ma belle-mère que mon mamelon gauche était inversé. Immédiatement, elle a demandé une consultation auprès d’un médecin de famille. Après une mammographie et une échographie, l’équipe médicale a conclu à un cancer du sein avancé, et ce, sans même effectuer une biopsie.

Rapidement, j’étais de retour à Montréal, au Canada. J’ai effectué une biopsie qui a confirmé l’inévitable : cancer du sein stade 3/grade 3. La tumeur était située dans le sein gauche et mesurait 7 cm. J’avais également deux ganglions lymphatiques touchés. Je ne pouvais pas y croire, je n’avais que 34 ans, deux jeunes enfants, aucun cas de cancer dans ma famille…un vrai cauchemar.

Pour me rassurer, les médecins me disaient que mon cancer était triple positif, c’est-à-dire à récepteurs d’œstrogènes positifs, à récepteurs de progestérone positifs et HER2 positif. Ainsi, je pouvais recevoir certains médicaments, en particulier l’herceptin (anticorps monoclonal recombinant spécifique des récepteurs HER2/neu).

Bref, lors de cette première aventure, j’ai reçu de la chimio, j’ai été opérée (mastectomie/reconstruction) et reçu 25 séances de radiothérapie. J’ai aussi continué de recevoir de l’herceptin quelques mois additionnels.

Au bout d’une année, l’équipe médicale m’a rassurée : mes chances de récidives étaient très faibles (moins de 20%). J’ai donc repris mes activités, m’accrochant à cette statistique.

Mon deuxième diagnostic (et dernier j’imagine) fut trois ans et quelques mois plus tard, soit en octobre 2020. Suite à une IRM, une lésion de quelques centimètres sein droit et deux ganglions légèrement enflés ont sonné l’alarme. Une biopsie a confirmé que c’était bien le cancer (stade 2). Mon oncologue m’a dit que tout allait bien aller, je devais simplement passer un TEP Scan pour confirmer que le cancer était localisé.

Le premier rendez-vous suite au TEP Scan était auprès de mon chirurgien-oncologue. Je m’attendais à ce qu’il me présente le protocole pour une opération, mais non…. Derrière son masque, les yeux sombres, il m’a annoncé que j’avais des métastases aux hanches, aux fémurs et aux fesses. Mon diagnostic : cancer du sein métastatique (le fameux stade 4). Je lui ai demandé qu’elle était mon espérance de vie (à ne pas faire) et il m’a dit 3-5 ans, mais qu’il avait des gens avec le même diagnostic qui étaient en vie après 10 ans.

Quelques jours plus tard, j’ai rencontré mon oncologue. Il avait l’air dépassé par ce diagnostic. Il m’a dit que je sortais du cadre, à savoir que lors de mon premier diagnostic j’étais triple positive (HER2+, etc.), que les traitements s’étaient bien passés…. A ce moment, je lui ai en voulu de m’avoir fait croire que j’étais à l’abri. Une tristesse, une douleur et une colère inimaginable m’ont envahie que seules les personnes ayant eu un même diagnostic peuvent comprendre.

Depuis, j’essaie tant bien que mal de vivre avec celui-ci. Somme toute, le plan de match depuis octobre est le retour de la chimio, ainsi que deux anticorps herceptin et pertuzumab par intraveineuse. Moi qui pensais ne plus jamais m’assoir dans une salle de chimio…

http://megg005.tumblr.com/
https://www.instagram.com/megg545