Elodie

Date de publication du témoignage :

11 Nov. 2021

RDV avec Elodie (Quimper). Sa sœur Dorothée nous raconte son histoire, Elodie étant décédée récemment d’un glioblastome.

Nous avons collectivement, avec ma famille, choisi la photo de ma sœur. Elle est très symbolique car Elodie raconte une histoire à son neveu, cela la veille de sa première crise d’épilepsie. Elle sera retrouvée seulement le lendemain après midi de sa crise, inconsciente et en sang chez elle, son repas du soir encore intacte. Dans sa chute, elle aura cogné sa tête dans sa table basse. Les pompiers seront intervenus après que l’alerte ait été donnée par ses collègues inquiets de ne pas la voir au travail sans donner de nouvelles, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Ce n’est que plusieurs semaines plus tard que nous mettrons un nom sur sa maladie. Le glioblastome. 

Après une longue bataille, nous avons « gagné » 27 mois mais il n’y en aura pas de 28ème… Le dernier aura été soudain et inhumain… La tour centrale aura finalement perdu le contrôle. Juin 2019, ma soeur était condamnée à mort. On lui annonce un Glioblastome. Tumeur foudroyante du cerveau sans remède. Seuls existent aujourd’hui des traitements palliatifs qui vous permettent de gagner quelques mois… Pendant ces quelques mois, en plus de sa maladie, elle souffrira de nombreux effets secondaires. Ma sœur aura perdu l’usage de ses jambes, aura un tassement des vertèbres à en pleurer au moindre mouvement. Certains jours, elle ne savait plus écrire, d’autres jours elle ne se rappelait plus. Elle n’aura pas eu la chance de signer son CDI de juriste, ni le compromis de la maison dont elle rêvait, aura quitté son appartement pour retourner chez ses parents, puis renoncé au 1er étage pour s’installer au RDC, sera passée d’une taille 36 à une taille 42 et deviendra diabétique à cause des traitements qui lui auront également fait tomber sa chevelure, n’aura plus la capacité de conduire la voiture qu’elle avait achetée pendant les 6 mois où, après la radiotherapie, elle allait mieux , aura « apprivoisé » son fauteuil roulant, son lit médicalisé puis sa « chaise percée », sera devenue incontinente puis sera passée à la sonde urinaire, aura perdu l’usage de la partie gauche de son corps puis de l’autre… tout ça à 36 ans !! Dans les derniers jours, tout s’est accéléré : bronchiolite, perte de la parole, perte importante de son champ de vision, assistance respiratoire, zona… Jusqu’au bout elle aura perçu sa déchéance, vécu son état et aura été consciente de tout et malgré cela elle y a TOUJOURS CRU sans se lamenter… Jusqu’à son dernier souffle, j’y ai cru moi aussi… 

J’y crois encore mais cette fois-ci pour les autres, celles et ceux qui sont touchés, celles et ceux qui ne le savent pas encore, celles et ceux qui le seront. Emprisonnée maintenant délivrée…Élodie, rien ne fera que tu n’as jamais existé ! Je t’admire pour tout ce que tu as traversé avec combativité et détermination! Kenavo sœurette.

C’est l’histoire de ma sœur mais aussi celle de 3000 personnes par an diagnostiquées d’un glioblastome en France. Enfants et adultes sont foudroyés par cette vacherie qui telle une toile d’araignée se répand dans le moindre recoin de votre cerveau, vous « paralyse », vous détruit jusqu’à la mort. Le cerveau dirige tout mais le glio prend le dessus.

Merci pour votre partage et soutien qui contribuent à faire avancer la recherche. Le combat continue. Gardons espoir d’y arriver même après les embûches de la vie.

https://www.linkedin.com/…/doroth%C3%A9e-le-beux…/

https://oligocyte-bretagne-ouest.fr/ 

https://m.facebook.com/desetoilesdanslamer/?locale2=fr_FR