Virginie

Date de publication du témoignage :

29 Oct. 2018

RDV avec Virginie (Pyrénées centrales), diagnostiquée enceinte, elle aide maintenant d’autres jeunes femmes dans son cas à faire face à la maladie en au sein de la magnifique association Jeune & Rose

Il y a 4 ans et à mi-grossesse, je découvre avec effroi le reflet dans le miroir de mon sein déformé. J’ai 38 ans et je comprends immédiatement sans toutefois imaginer à quel point ce sera difficile d’obtenir un diagnostic ni quelle sera la gravité de la situation. Je fais le choix de garder cette découverte pour moi car c’est de mon corps dont il s’agit et c’est en moi que je compte trouver les ressources pour traverser ce tumulte. S’en suivent 3 longs mois sans être entendue puis le soulagement à la naissance de mon fils en parfaite santé. Je ressens maintenant l’urgence de me faire prendre en charge. Chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie avec mon fils encore en bas-âge, annonce de la rémission et enfin hormonothérapie encore en cours.
J’ai fait le constat que le cancer du sein chez la femme enceinte ou avec des enfants en bas-âge est méconnu. Dès le début de ma maladie, j’ai souhaité rencontrer des femmes confrontées aux mêmes problématiques que moi. Je voulais accompagner, conseiller et sensibiliser tant les professionnels de santé que les individus.
C’’est le « sens » que j’ai trouvé à mon parcours et aujourd’hui, je le réalise en rejoignant l’association Jeune & Rose que je représente dans les Pyrénées centrales. Nous ne sommes qu’au début de l’aventure mais déjà l’accueil qui nous est réservé nous conforte dans la nécessité et la légitimité de notre démarche. Cette mission me permet d’éviter à d’autres les écueils que j’ai rencontrés.
Aujourd’hui je savoure à 200 % ces moments d’« après » tout en étant encore dans mon corps et dans mon âme toujours dedans.
La maladie m’a permis de passer en mode « pause » le temps des traitements, de faire de très belles rencontres, de découvrir des notions de nutrition et la sophrologie et de redécouvrir le bien-être apporté par la méditation que j’avais délaissée.
Je n’ai pas revu mes priorités, je les ai confortées. Je me devais d’abord de trouver l’énergie pour vaincre la maladie pour avoir l’énergie d’accompagner mes enfants ainsi que les autres mamans dans mon cas.
À l’annonce de la rémission, j’ai connu ce sentiment d’être « en insécurité »
J’ai connu les tensions dans le couple, l’incompréhension de l’entourage.
Finalement évincée, contre toute attente, de mon ancien poste, je me suis promis ce jour-là de tenir le cap et de me sentir utile plus que jamais. Dépitée, j’ai songé et tenté une reconversion avant de saisir une nouvelle opportunité dans le même domaine. Des moments difficiles.
Je suis lucide et reconnaissante envers la Vie. Après le cancer, la transformation est parfois peu perceptible de l’extérieur mais je puis vous assurer que le changement en soi est radical !

jeuneetrose.pyrenees@orange.fr