Valérie

Date de publication du témoignage :

12 Nov. 2019

RDV avec Valérie (Orléans). Guerrière Chic et Rock, elle se dévoile dans un blog « vers un avenir plus doux ».

L’histoire commence en 2011. J’ai 36 ans, 2 enfants de 8 et 5 ans, un beau mari et un job sympa. La vie était tellement belle qu’on avait décidé de continuer dans notre lancée avec le projet d’un troisième bébé. Mais c’est à ce moment-là que les nuages sont arrivés dans notre vie ensoleillée.
Après une fausse couche de faux départ, un soir dans mon salon, je croise les bras et je ressens une petite boule sur mon nichon droit.
Après des semaines d’angoisse, je reçois un coup de fil au boulot me demandant de ramener mes fesses « illico » : « Madame, vous avez un cancer du sein infiltrant hormono-dépendant de grade 3. Ne vous inquiétez-pas, cela se soigne très bien… à condition qu’on vous enlève “rapido” le polichinelle du tiroir ».
J’étais enceinte de 8 semaines…
J’ai été très sage : j’ai accepté l’avortement thérapeutique, la tumorectomie, le curage axillaire, la chimiothérapie,… mais pas l’hormonothérapie. Je n’en pouvais plus, je voulais retrouver ma vie d’avant.
C’est à cette période que je me suis lancée dans l’écriture car j’avais besoin d’extérioriser mes états d’âme. Mais c’était très personnel, seule mon amie Caro lisait mes textes.
Lorsque j’ai repris le travail, j’ai tout arrêté. J’avais envie de faire comme si rien n’avait existé.
Mais en mars 2018, lors de ma mammographie annuelle de contrôle, tout s’est effondré : encore une drôle de boule au nichon droit : même endroit, même taille, même flippe. A l’annonce de cette nouvelle, mon amie Caro me demande comment je vais occuper ma vie durant cette croisade. Elle sait que j’ai besoin de projets pour me réaliser. Je lui réponds tout simplement que je vais me plonger dans mes deux passions : l’écriture et la photo.
Je lui envoie mon premier texte : elle se charge de le mettre en forme sur un blog en version privée pour que nos échanges soient plus faciles. J’ai alors l’idée de sélectionner toutes les photos que j’ai en noir et blanc et de les associer à mes textes. J’aime vraiment trouver le cliché qui résonne avec mes mots. Caro me suggère de présenter mon blog à mes proches. Elle est convaincue que mes mots sont utiles, pour me comprendre, et mieux m’aider.
Les retours sont émouvants et unanimes : « ValooCroft est née ». Si tu ne partages pas tes mots, c’est que tu es égoïste et que tu ne te rends pas compte que ton talent à toi, c’est de partager avec générosité.
J’ai arrêté de me demander si ce n’était pas horrible de raconter une vie de cancéreuse, de me dire : « et si je suis critiquée, je vais le vivre comment ? ».
Cela fait maintenant un peu plus de 18 mois que j’écris régulièrement des articles sur ce blog. Je suis toujours autant émue des retours qui sont de plus en plus nombreux. Ils me font du bien et chaque fois, je comprends que mes textes et mes photos soulagent d’autres peines en France et bien ailleurs.
Je continue donc à partager mes joies, mes peines, mes aventures, mes désillusions…

https://valoocroft.blog
https://www.facebook.com/Valoocroft/
https://www.instagram.com/valoocroft/